En commençant la visite de Mesta, dès les premières foulées sous les voutes en pierre, on ne peut qu'être ébloui par le jeu perpétuel entre l'ombre et la lumière, l'espace et l'exiguïté, le hier et l'aujourd'hui.

Comme dans un film, l’esprit vagabonde aisément à travers l’histoire et dans nos racines, voyage parmi des pirates et des croisés, des conquérants et des travailleurs invincibles de la terre et du mastic.

Des pierres soigneusement ajustées les unes sur les autres apparaissent indemnes des catastrophes et des guerres. Ces mêmes pierres qui ont vu et entendu tellement de choses au cours des siècles sont toujours là. Elles nous voient, nous écoutent, nous parlent et nous abritent, empilées sur un monument vivant comme ceux qui ont combattu et vaincu le temps.

On rapporte que jusqu'au début du Moyen Âge, les habitants vivaient dans de petites localités (sept à neuf) situées dans les alentours. Le nombre croissant d'attaques par des pirates mais aussi les changements de pouvoir fréquents à la périphérie de l'Empire byzantin ont forcé petit à petit les habitants à construire le château de Mesta et à s'y installer.

Le château a été édifié en forme de pentagone et dans chaque coin se trouvait une tour de défense. Au centre du château, à l'endroit où se situe aujourd'hui le monastère des Pammegiston Taxiarchon, il y avait une tour plus grande qui fonctionnait comme la dernière ligne de défense. Une douve entourait le château et reliait les tours afin que les défenseurs puissent facilement se déplacer en fonction des mouvements de l'ennemi. Un passage sous-terrain reliait la tour de Militas (la tour de défense principale) à la tour centrale ainsi qu’à une issue secrète du château.

Les bâtiments en contact les uns avec les autres ont des murs mitoyens et ils s’étendent souvent sur les ruelles supportés par les arcades voutées, donnant ainsi l’impression que l’ensemble du château est une construction unique. En montant sur une terrasse, il est possible d'accéder facilement à presque toutes les autres terrasses de Mesta. En suivant les ruelles pittoresques, on aboutit souvent dans des impasses rectangulaires lumineuses où l'on peut voir de nos jours de grands vases et pots en argile avec toutes sortes de plantes et de fleurs. Suspendues à des ficelles, les fameuses petites tomates sèchées de la région décorent festivement la pierre.

Cet agencement des habitations n'a pas été choisi par hasard ni pour des raisons esthétiques uniquement. À cause de l'éloignement des centres byzantins et des alliés, les habitants devait établir une stratégie de défense parfaite qui assurerait une communication facile avec les lieux de résistance principaux, un rassemblement rapide des forces même sur les terrasses et la possibilité de surprendre l'ennemi à l'intérieur et à l'extérieur des murs.

Sur les collines autour du château, il y avait des tours de guet habitées pour la surveillance des côtes, dont certaines sont préservées à ce jour. Lorsqu'un navire ennemi s'approchait, des feux étaient allumés pour prévenir les habitants de se mobiliser et de préparer leur défense.

À l'intérieur mais aussi autour du château, il existe plusieurs petites églises présentant un intérêt particulier. Le monastère des Pammegiston Taxiarchon, l'une des plus grandes églises de Grèce qui reçoit des centaines voire des milliers de pèlerins par jour, occupe une position dominante. L’église de l’Ancien Taxiarque est célèbre pour son icônastase décorée en bois sculpté représentant l’Ancien et le Nouveau Testament.

En suivant les indications, il est possible d'arriver par toutes les entrées à la place centrale (livadi), la partie la plus lumineuse et la plus animée du village, qui est entourée d'édifices d'une hauteur impressionnante.

Le mode de vie des habitants de Mesta comprenait et comprend toujours les principes d’entraide et de volontariat, qui sont en fait des instutions.

Les « daneikaries » étaient des jours de travail en équipe. Le propriétaire d'un champ demandait aux autres villageois de travailler afin de labourer son terrain et il était redevable de tous d'une journée de travail qu'il devait exécuter la même année ou la suivante. Les membres de l'équipe s'alignaient en rang, enfonçaient simultanément leurs grandes pioches fourchues dans le champ et, synchronisés comme un seul homme, ils creusaient la terre. Tard le soir au retour, ils se réunissaient sur la place du village, plaçaient leurs pioches côte à côte en forme de losange et ils célébraient la fin du travail avec du suma et du vin, en dansant et en chantant autour des outils de leur labeur.

Tous les ans, chaque propriétaire devait travailler volontairement un certain nombre de jours pour la communauté, l'église et l'école du village.

Les habitants vivaient en cultivant la terre pauvre de Mesta, produisant généralement du blé, de l'orge, de l'huile, des légumineuses, etc. Mesta est réputée jusqu'à présent pour son excellent vin, ses « kourmades » (un produit apparenté aux olives throumbes), ses amandes particulièrement savoureuses (boulata), ses figues ainsi que ses fruits et légumes secs.

L’activité principale et la plus lucrative au fil des siècles a bien sûr été l'exploitation du mastic qui, pour une raison étrange et encore inexpliquée, ne prospère vraiment que dans le sud de Chios.

Certains disent que le mastic assurait aux habitants qui demeuraient dans les environs des privilèges particuliers et de meilleures conditions de vie par rapport à d'autres régions. D'autres disent aussi qu'il a encouragé les envahisseurs et les conquérants ambitieux, mettant les habitants dans des situations difficiles. Peut-être que l'addition du mastic et du vin aride mythique était la recette secrète pour construire et conserver ce que vous observez à Mesta. Peut-être aussi que le mastic, le suma et le vin sucré ont façonné ces amateurs endurcis et à la fois sensibles et hospitaliers de la fête et du labeur, qui ont réussi à résister.

Ne vous contentez pas de passer faire un tour dans notre village. Vivez le... !

Passez la nuit chez nous, ici, dans le sud-est de l’Europe, dans la Grèce lumineuse, à Chios la « parfumée », dans le ravissant château médiéval de Mesta. Promenez-vous dans ses ruelles et voyagez dans le temps. Et lorsque viendra le moment de se séparer, vous vous sentirez certainement plus riches et vous voudrez revivre cette expérience...